Légende
Vers le Patrimoine
X

Légende

Légende - DonjonConstruction ou une démolition.

Légende - FanionInformation historique importante/majeure.

Légende - ParcheminInformation historique.

Légende - CouronneNomination d’un capitaine/seigneur ou une présence Royale.

Légende - EpéesCombats, batailles, guerres...

Légende - FlammeIncendie.

Parchemin

Âge de bronze

Pontorson

Ce dépôt d'haches partiellement étudié au début des années 1970 à Moidrey, suite à une découverte fortuite, a déjà livré plus de 300 haches du type armoricain dont les types reconnus sont : Couville, Maure, Saint-James et Chailloué.

Il restait au final peu d’éléments encore en place, on dénombre 74 nouvelles haches : trois types sont représentés, le type de Saint-James (59,5 % du corpus soit 44 haches), le type de Maure-de-Bretagne ou type de Maure (31 %, 23 exemplaires) et enfin le type de Couville (9,5 % soit 7 haches). La fouille a permis de confirmer la présence de liens réunissant certaines haches (observation déjà réalisée par G. Verron) et l’analyse de la répartition des types montre des concentrations.

Oublié depuis, ce dépôt fut totalement étudié devant le public lors des Journées du patrimoine à Bayeux le dimanche 22 septembre 2019.

Parchemin

Époque romaine

Pontorson

Il existe à « Les Pas » et au « Pavé » des traces d'une ancienne voie romaine. D'ailleurs, Pontorson serait construit à proximité de trois voies romaines.

Nous trouvons le « Chemin de Regnes (Rennes) » : en partant de Rennes, nous arrivions à Pontorson au Pavé. Le chemin se dirigeait ensuite vers la ferme de Villeneuve et puis vers l'Ile Bignon (l'axe se terminait vers Caugé > Aucey > Sacey > Antrain)... Ce chemin fut neutralisé plus tard pour fortifier Pontorson. En effet, les Ducs de Normandie y creusèrent des douves et des étangs auprès de l'Ile Bignon.

Concernant la toponymie du hameau « Les Milardières » (Saint-Georges-de-Gréhaigne) : elle serait liée à la présence d'une ancienne « Borne milliaire » (borne routière) romaine, aujourd'hui disparue. Une autre est située dans la forêt de Villecartier au lieu-dit « Pont-à-Voleurs ». Ces bornes étaient espacées d'une distance de mille mètres romains (1 481,5 mètres actuels).

Parchemin

5-6ème siècle

Pontorson

Les deux gués « Pas-au-Bœuf » (gué gaulois) et « Milardières » (gué antique) ont progressivement disparu lors de la remontée du niveau des eaux dès les Ve-VIe siècles. Les marécages fluvio-marins rendant alors le passage difficile et dangereux.

Un troisième passage à gué a existé au niveau de la nouvelle passerelle sur le Couesnon (en face de la future guinguette).

Parchemin

8ème siècle

Pontorson

C’est la plus ancienne mention que nous connaissions du Couesnon (appelé avant Lerra Fluvius) « qui dicitur Cosmun ».

Parchemin

11 juillet 911

Pontorson

Le traité de Saint-Clair-sur-Epte est signé entre Charles III le Simple et Rollon (appelé aussi Rou), chef viking, visant à établir les Normands en Neustrie afin de protéger le royaume de Charles III de leurs incursions par la mer.

Ce traité donne naissance au duché de Normandie. C'est le début de violents affrontements entre Bretons et Normands.

Parchemin

912

Pontorson

Dom Jean Huynes (1609 - 18/08/1651) cite un don et ajoute « On présume que Rollon 1er, Duc, donna Ardevon au Mont » et D. Le Roy précise la date : « 912. Don d’une terre qu’on présume être Ardevon par Rollon. ».

Parchemin

917

Pontorson

Dom Jean Huynes (1609 - 18/08/1651) assure dans son manuscrit que, l'an 917, Guillaume Ier de Normandie (fils de Rollon et de Poppa de Bayeux) donna à l'abbaye de ce mont les villages de : Maldrei (Moidrey), Carcei, Marinnel, Curei (Curey), Forges, Sollinnei, Dummaunei, Macei (Macey), Scallei, Peleton, Dimidium Gromerei, Verguncei, Mannei.

Note du 16/05/2022 : Guillaume Ier de Normandie aurait à cette époque 17 ans. Peut-être que la date exacte est 927 où il fut élu par une assemblée de Normands. En 931, il conquiert et annexe le Cotentin et l'Avranchin.

Parchemin

917

Pontorson

En 933, Le Roi des Francs - Raoul, reconnaît à Guillaume Longue-Epée lors de l'accord dit de Saint-Quentin, son protectorat sur la Bretagne et son implantation sur le Cotentin, l'Avranchin et une partie du Bessin.

Les Bretons maîtres de cette province depuis 867, refusèrent de reconnaître l'autorité du Comte Normand.

Parchemin

934 à 966

Pontorson

De nombreux combats s'échelonnèrent (Normands/Bretons) entre 934 et 966 avant qu'une paix toute relative s'instaure entre les deux belligérants. En prenant progressivement possession de ses nouveaux territoires, Guillaume Longue-Epée met en place des structures nouvelles, des hommes nouveaux, fidèles à leur Duc. Cette réorganisation complète, s'accompagne bien sûr, d'un redécoupage des terres prises entre les hommes qui le suivent.

Nous assistons simultanément à l'édification des premières fortifications à Pontorson, destinées à contenir les bretons d'Alain Barbetorte hors des limites naturelles de l'Avranchin et du pays Rennais. Les guerres Normanno-bretonnes réduisent le pays à une pauvreté extrême, peut-être aussi importante que les invasions scandinaves.

Donjon

11ème siècle

Pontorson

Construction de fortifications (motte castrale), appelé « vieil chastel » (contruit en terre et en bois) à la limite du territoire de Caugé.

Cette « forte butte » est toujours visible à l'extrémité orientale de la Rue du Château.

Parchemin

1003/1004

Pontorson

Le Duc Richard II, maria sa soeur Mathilde, avec Eudes II de Blois (le Champenois). Il lui donna pour dot la moitié du Comté de Dreux et de la ville de Pontorson, à condition qu'elle ferait retour à la couronne ducale en cas de décès sans descendance.

Parchemin

1004

Pontorson

La Comtesse de Blois, Mathilde (fille du Duc Richard II) décède peu de temps après son mariage. Eudes II de Blois, devenu veuf, refuse de restituer, selon l'usage, la dot de son épouse, constituée de la moitié du Comté de Dreux et la ville de Pontorson.

Au cours du conflit qui s'ensuivit avec Richard II, il subit une défaite par son ex-beau-frère mais, sauvé grâce à l'intervention du Roi Robert II de France, lequel a épousé sa mère Berthe de Bourgogne, il put garder la dot.

Donjon

1010

Pontorson

Eudes II de Blois (le Champenois) aurait fait bâtir l'église de Notre-Dame-de-la-Paix, qui porte à la tour (ou au clocher) la date de l'an « MX ».

Le début de sa construction pourrait être vers l'an mille (1004-1005 ?) : sans doute au décès de sa femme Mathilde (fille du Duc Richard II).

Note du 06/09/2022 : Elle ne serait pas, enfin de compte, à l'initiative de Guillaume le Conquérant. Celui-ci passera d'ailleurs dans le secteur (voir Tapisserie de Bayeux) que vers 1064, soit bien après la construction de cette église...

Parchemin

Entre 1024/1034

Pontorson

Le Duc de Bretagne Alain III, confirme la donation faite par sa mère la Duchesse Havoise à l’abbaye Saint-Georges de Rennes, d’un moulin à Pontorson « donationi quemdem molendinum situm apud Pontem Ursi et quamdem portionem terre quam habebam vicinam ville Sancti Georgii que vocatur Vilers ».

« au don d'un moulin à vent situé à Pontorson et d'une partie du terrain que j'avais à proximité dans la ville de Saint George qui s'appelle Vilers. »

Donjon

Entre 1028/1035

Pontorson

Fondation de la forteresse près du pont, rive droite, sur la paroisse de Boucey par Robert Ier de Normandie, d'après la « Chronique du Mont-Saint-Michel ».

Donjon

1030

Pontorson

Robert Ier de Normandie, dit Robert le Libéral ou, plus couramment, Robert le Magnifique ; charge le Capitaine normand Orson de construire un pont en bois reliant les rives du Couesnon. Ce pont marque la limite des deux provinces et le point de départ d'une ville fortifiée qui prend le nom de Pontorson (Pontem Ursi/Pons Ursonis).

Note du 14/04/2022 : Impossible de trouver un document ou une orientation historique sur cette information. Par contre le document A.D.C., F 5276 (ci-après), apporte des éléments intéressants sur la construction du Pont de Pontorson.

Parchemin

Entre 1033/1048

Pontorson

Riwallon Ier de Dol (Capra Canuta) est chargé par l’abbaye du Mont Saint-Michel de la garde et de la défense du « locus » (lieu) appelé Pontorson. En échange, Riwallon, sa femme et ses enfants sont accueillis dans la « societas » monastique et associés au bénéfice spirituel et matériel.

« Vir enim iste nobilissimus, magna cura ac diligentia res Sancti Michahelis custodire ac defensare se promittit penitus precipueque locum quem Pontem Ursi vocamus suo tutamine atque fiducia aedificare coepimus. » (Original autrefois aux Archives départementales de la Manche, détruit en 1944, copie dans les Archives départementales du Calvados, F 5276).

« Car ce noble homme, avec beaucoup de diligence, promet de garder et de défendre les affaires de Saint-Michel, en particulier l'endroit que nous appelons Pont de l'Ours (Pont-orson), que nous avons commencé à construire avec sa protection et sa confiance. »

Parchemin

Entre 1040/1047

Pontorson

Sur la rive gauche du Couesnon, exactement dans les mêmes décennies où nait Pontorson, préexistait un lieu du nom de Cendres.

Il s'agit de la première mention de Cendres, lorsque Haimon, fils de Guingomar fait don à Marmoutier d’une église relevant de son droit, sise à Solus Gallus/Sougeal, ainsi que de l’église du monastère de Sande/Cendres, avec un moulin sur la rivière du même nom et six acres de marais, à quoi il ajoute la moitié de l’église de Sala (une celle disparue en Sougeal).

Donjon

1056

Pontorson

Ascelin de Caugé donne à l’abbaye du Mont-Saint-Michel, la terre qu’il avait tenue en mort-gage de son amicus Main du Mont, ainsi que l’église de Caugé avec toute la dîme, six acres et terre et une portion de pré (auprès du marais). Lui et son fils Roger Lohout prennent ensuite l’habit (deviennent religieux).

Parchemin

Vers 1064

Pontorson

Aux scènes 17/18 de la Tapisserie de Bayeux, l’armée normande de Guillaume le Conquérant traverse la frontière de Bretagne, marquée par le fleuve Couesnon, avec le Mont Saint-Michel en arrière-plan.

ЄT HIC : TRANSIЄRVNT : FLVMЄN : COSNONIS :
HIC : hAROLD : DVX : TRAhЄBAT : ЄOS : DЄARЄNA
ЄTVЄNЄRVNT AD DOL : ЄT : CONAN :- FVGA VЄR TIT :- RЄDNЄS

Et ici ils traversent le fleuve Couesnon
Ici le Duc Harold les tire hors du sable
Et ils arrivent à Dol et Conan s’enfuit à Rennes

Parchemin

Fin 1087

Pontorson

Robert II de Normandie donna en 1087 au Mont le marché d’Ardevon : « Mercatum in villa que vocatur Ardevon et in eadem villa feriam annalem in festicitate B. M. ».

« Le marché de la commune qui s'appelle Ardevon et qui est dans la même commune fera la fête annuelle ».

Donjon

Début 12ème siècle

Pontorson

Construction de la Chapelle Saint-Nicolas. Elle sera rattachée au futur Prieuré de Pontorson.

Donjon

Entre 1106 et 1137

Pontorson

Henri 1er Beauclerc, Roi d'Angleterre et Duc de Normandie, fonde le Prieuré de Pontorson. Il était dépendant de l'abbaye du Mont-Saint-Michel et rattaché à la Chapelle Saint-Nicolas.

Donjon

3 février 1115

Pontorson

L'hôpital Saint-Antoine de la Charité de Pontorson, situé au-delà du Couesnon, qui était dans la paroisse de Cendres, fut fondé par la bienfaisance de 12 bourgeois de Pontorson.

Ils le dotèrent de 1 200 livres de rente.

Donjon

1135

Pontorson

D'après Robert du Mont, Henri Ier Beauclerc, fils du Conquérant, fit rebâtir Pontorson, en 1135, « ex integro in margine provinciæ » le château de Pontorson.

Epées

1137

Pontorson

La ville est attaquée par les Bretons, commandés par leur Comte Geoffroy V d'Anjou (Geoffroy Plantagenêt). La garnison ouvrit les portes, sans résistance.

Couronne

1154

Pontorson

Guillaume AVENEL est nommé gardien de la forteresse de Pontorson.

Donjon

1155

Pontorson

D'après le manuscrit de M. de BRÉ, Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt) fit réparer et augmenter les fortification de Pontorson.

Donjon

1158

Pontorson

Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt) ordonna la recontruction du château de Pontorson « Henricus rex Anglorum... perrexit ad Pontem Ursonis... et ordinavit quomodo castum illud reaedificaretur. » (Chronique du Mont-Saint-Michel).

« Le Roi Henri d'Angleterre se rendit à Pontorson et ordonna la reconstruction du château ».

Parchemin

1158

Pontorson

L’église Notre-Dame-de-la-Paix et la Chapelle Saint-Nicolas furent données à l’abbaye du Mont-Saint-Michel, par le Roi Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt).

Herbert, l’évêque d’Avranches, afin de s’opposer à ces donations accordées au mépris de son autorité, décide de refuser d’accorder l’eau bénite aux églises de Pontorson ! Or, sans cette eau, il est impossible de faire les Offices... La Maison de Dieu est donc à l'arrêt.

Fanion

23 juillet 1158

Pontorson

Le Pape Adrien IV confirme que les églises de Pontorson sont cédées à l’abbaye du Mont-Saint-Michel par Henri Ier, Roi d’Angleterre.

Fanion

Septembre 1158

Pontorson

Henri, fils de Geffroy Plantagenet, devenu Roi d'Angleterre sous le nom d'Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt), séjourna à Pontorson.

Il mangea d'ailleurs au réfectoire de notre Prieuré (ce Prieuré, à côté de l'église Notre-Dame-de-la-Paix, remontait au moins au 12ème siècle « Prioratus B. M. de Ponte-Ursonis »).

Parchemin

1160

Pontorson

Dans un acte émanant de l’Archevêque de Rouen (Hugues III d'Amiens). Il y est écrit que le Roi et les évêques réunis sous son autorité ont tranché : le don des églises de Pontorson a bien été fait par Henri Ier et Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt), le château a été construit sur le territoire de la paroisse de Boucey, et pour cette raison, le prêtre de celle-ci recevra soit la somme de 20 livres, soit celle de 10 livres avec 10 deniers annuels.

Le terme de parrochia n’est pas employé, mais un tel dédommagement implique que le territoire de Boucey a bien été amputé pour y installer la paroisse castrale de Pontorson. Plus tard, un compte de 1369-1370 le confirme.

Parchemin

1160

Pontorson

Wace, parle de Pontorson dans les années 1160 (Roman de Rou) :

Un chastel ferma le Coisnun,
asquanz dient al Punt Orsun,
as Carues dient asquanz ;
ceo seivent bien li païsanz,
Quant il out fermé le chastel,
sil livra engarde a Neel,
e a un chevalier vailant
ki out nun Auveré Gigant.

Couronne

Avant 1162

Pontorson

Bertram de Verdun, sherif de Warwick et de Leicester devient le gouverneur de la place forte.

Couronne

1162

Pontorson

Aquilin du Four, le gouverneur, fut chassé par les habitants qui se plaignaient de ses pillages.

Le Roi Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt) remit ce titre à Robert du Mont (Robert de Thorigny), abbé du Mont Saint-Michel (il restera gouverneur jusqu'en 1172). C'est à Pontorson que ce prince arrangea sa trève avec Guiomark.

Parchemin

Vers 1166

Pontorson

Le Roi Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt) octroi une charte de précieux privilèges aux Pontorsonnais afin de s'assurer de leur fidélité.

Ce précieux document est l'un des plus anciens et des plus curieux de la jurisprudence Française.

Epées

1170

Pontorson

Les Bretons se faisant la guerre, Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt) se déplaça jusqu'à trois fois à Pontorson.

Couronne

Mai 1171

Pontorson

Henri II (Roi d'Angleterre - Plantagenêt) reste 15 jours dans la forteresse.

Flamme

1171

Pontorson

Le château et la ville sont la proie des flammes (la cause de cet incendie est inconnue). Un chroniqueur de l'époque indique « An. 1171 castrum Pontis Ursonis combustum est, ».

C'est sans doute à la suite de cet incendie que l'église fut rebâtie.

Parchemin

1172

Pontorson

Henri II, Roi d'Angleterre, dans la charte de commune de Pontorson, déclare que tout bourgeois peut constuire un four « salvo jure regis » ou bien faire cuire au four du Roi, moyenne un droit déterminé d'avance (Ordonnances des rois de France, t. IV, P;642 et 643).

Couronne

1172 à 1204

Pontorson

Guillaume du Hommet, connétable de Normandie est nommé Capitaine de la ville.

Parchemin

1178

Pontorson

La grande bulle du Pape Alexandre III, de 1178, cite l'église de Boucey « ecclesiam de Buce » au nombre des églises du Mont, ainsi qu’une terre « terra juxta portam Pontis Ursonis ».

Elle cite aussi le Prieuré de Balent à Vessey : « Villam de Cruce, Villaire (Villers), Baalent, ect. »

Parchemin

1188

Pontorson

Balent fut le théâtre d’une solennelle donation faite au Mont par Raoul de Fougères et racontée dans une charte du Cartulaire :

« In festo SS. Damiani et Cosmiani, D. Martinus, abbas montis S. Michaelis perrexit ad domum S. Michaelis de Baalem, cum monachis et militibus : fuerunt autem monachi cum eo Guimundus Prior, W. de S. Georgio, Prior de Vilamers, Rob. de Baalem, Albandus socius ejus ; milites vero Hugo de S. Pancratio, W. de Cauge, W arr. de Maidre, et Thomas filius ejus adhuc puer ; post hos autem Pliverius filius de Laisas, puer, ect., et venit etiam epsa die ad eumdem locum D. Rad. de Dilgeriis… qui dedit de feodis que tenet de ecclesia Montis, scilicet de Maidre... ».

Et pour ces dons :

« Post missam festivitatis ipse cum tribus aut quatuor de militibus suis comedet in refectorio, ad dexteram domini abbatis, socii vero ejus comedent in camera aut in villa. ».

(Après la messe de la fête, lui et trois ou quatre de ses soldats mangeront au réfectoire, à la droite du seigneur abbé, tandis que ses compagnons mangeront à la chambre ou à la villa.)

Epées

1196

Pontorson

Richard Coeur de Lion tend un guet-appens à Constance de Bretagne en la ville de Pontorson avec l'aide de son propre mari Randulph. Il l'emprisonne, puis envahit et dévaste la Bretagne.

Constance de Bretagne sera emmenée prisonnière à Saint-James.

Parchemin

1198

Pontorson

Dans les Rôles de l'Echiquier de Normandie de 1198, nous remarquons un passage important : « Willelmus Beleteste et homines ville de Ponteorson debent. cc. lib. de tallagio de Ponteorson facto per regem. ».

C'est ici pour la première fois que Pontorson est appelé « Ville ». Jusqu'alors, Pontorson avait été désigné généralement sous le nom de château.

« William Beleteste et les hommes de la ville de Pontorson sont endettés. 200 livres tournois de taxation à Pontorson faite par le Roi. »

Donjon

12-13ème siècle

Pontorson

La maison Guischard de la Menardière, dite « Maison romane » est située dans la 34-36 rue Saint-Michel, il subsiste des doutes sur ses origines et sa datation.

Certaines parties remonteraient aux XIIe-XIIIe siècles mais la grande part de la construction serait des XIVe et XVe siècles. Elle sera remaniée aux siècles suivants à divers endroits. Sa façade rythmée par des arcades a été superbement préservée.

Au XVIIIe, la maison est occupée par la famille GUISCHARD.

Parchemin

1200/1205

Pontorson

Juhel de Mayenne donne à la Maison-Dieu de Pontorson dix jardins que H. GARABILON tenait de lui moyennant une rente annuelle sauf le droit de l’abbé et des moines du Mont-Saint-Michel.

Epées

1203

Pontorson

Restaurée de nouveau, la citadelle de Pontorson fut prise par Guy de Thouars.

Couronne

1204 à 1212

Pontorson

Alain Ier d'Avaugour, seigneur de Goëlo et de Penthièvre est nommé Capitaine de Pontorson.

Parchemin

1205

Pontorson

Devenu Maître de Normandie, Philippe-Auguste récompense les chevaliers qui s'étaient signalés dans son expédition. Il donna tout ce qu'il possédait à l'intérieur des murs de Pontorson à son fidèle Juhel de Mayenne.

Couronne

1212 à 1220

Pontorson

Juhel III de Mayenne, tuteur des enfants du précédent Capitaine, devient le Capitaine de Pontorson.

Donjon

Vers 1220

Pontorson

L’autel primitif situé au fond du chœur de l'église Notre-Dame-de-la-Paix daterait de cette époque. Il serait contemporain au cloître gothique du Mont-Saint-Michel. C’est une simple table de granit posée sur une pierre d’angle et deux colonnettes. Le tabernacle est placé à gauche de l’autel, creusé dans le mur du chevet. Il est fermé par une belle grille en fer forgé, de même que l’armoire oblongue qui l’avoisine et qui sert maintenant de reliquaire.

Flamme

1232

Pontorson

Mathieu Paris rapporte que Ranulph, Comte de Chester, brûla et rasa la ville de Pontorson.

Couronne

2 septembre 1233

Pontorson

Henri Ier d'Avaugour, fils d'Alain Ier, cède Pontorson au Roi de France, Louis IX (Saint Louis).

Couronne

5 juin 1235

Pontorson

Louis IX, Roi de France, remplace dix livrées en tournois de terre, qu’Alain d’Acigné avait tenues aux moulins de Pontorson d’après le don d’Henri d’Avaugour, par une terre de même valeur située à Macey.

Parchemin

1254

Pontorson

Richard Turstin abbé du Mont Saint-Michel, reconnut par un acte signé de sa main, que les bourgeois de Pontorson étaient exempts de payer les droits de transit et de coutume, sur les terres dépendants de son abbays, au diocèse d'Avranches.

Couronne

1256

Pontorson

Louis IX (Saint Louis), après son retour de Palestine, vint visiter ses places fortes en Normandie. Il s'éjourna à Pontorson et ordonna la reconstruction des fortifications.

Parchemin

1258

Pontorson

Frère Jean d'Ausménil, prieur de Sainte-Marie de Pontorson, paya cent sols tournois au receveur général de Caen, pour l'amortissement d'une rente.

Fanion

1311

Pontorson

Un enfant de la ville, Michel, fut appelé sur le siège épiscopal d'Avranches. Il appartenait à une famille importante de chevaliers.

Parchemin

1315

Pontorson

Le droit de dîme des moulins et des pescheries de Pontorson fut donné au Prieuré par le Roi de France, Louis X.

Couronne

1352 à 1355

Pontorson

Arnoul d'Audrehem, maréchal de France et lieutenant du Roi en Normandie, laisse la garde de la place forte de Pontorson à ses lieutenants : au Sire de Houdetot la même année et à Jean de la Heuse en 1354.

Couronne

1352 à 1353

Pontorson

Robert de Houdetot, grand-maitre des arbaletriers du Roi et sénéchal d'Agenais, est nommé Capitaine de Pontorson.

Couronne

1354

Pontorson

Jean de la Heuse, dit de Beaudran devient Capitaine de Pontorson. Il y servit avec 3 chevaliers et 51 écuyers.

Couronne

1356

Pontorson

Pierre de Villiers est nommé Capitaine de la ville. Avec lui, 13 chevaliers, 136 écuyers, 30 archers à cheval et 71 à pied.

Epées

1356

Pontorson

Bertrand du Guesclin combattit contre Guillaume Troussel dans la ville de Pontorson. Ce dernier eut l'épaule percée de part en part et tomba par terre.

Parchemin

17 février 1358

Pontorson

La ville est attaquée par un Navarrais, très redouté : le Bascon de Mareuil (celui-ci occupait la forteresse voisine d'Avranches). Bertrand du Guesclin étant absent, c'est le Sire de la Motte-Broons qui préserva la ville à l'aide de ses soldats.

Heureusement, Bascon de Mareuil dut se contenter que de brûler les barrières de la ville.

Parchemin

12 avril 1358

Pontorson

Par lettre du 12 avril 1358, le Dauphin (Charles V) demande aux généraux des finances de payer la solde de la garnison de Pontorson et de son capitaine (Bertrand du Guesclin).

En effet, la garnison de Pontorson a un effectif faible en homme. Cette protection de la garnison et de son environnement coûtait cher. Tout devait être payé par le Dauphin, mais l’argent n’arrivait pas...

Epées

1361

Pontorson

Profitant de l'absence de du Guesclin, Jean Felton, réunit 300 Anglais et tente de prendre le château de Pontorson afin d'enlever Tiphaine de Raguenel et Julienne du Guesclin (religieuse et soeur du Capitaine).

Jean Felton fut introduit dans les cours intérieures du château par une femme de chambre. Celle-ci laissa ouverte une des fenêtres de l'appartement principal, à laquelle l'Anglais appliqua une échelle.

Mais Julienne du Guesclin, la religieuse est éveillée ; elle a revétu une armure de son frère, court à l'endroit d'où elle entend partir du bruit, fonce courageusement sur Felton dont elle brise le casque, pousse et renverse l'échelle.

Parchemin

Juin 1366

Pontorson

Expédition vers Paris des lettres royales de confimation des « franchises libertez et saisines de la Ponturson et des bourgois demourans en ycelle ».

Donjon

1369

Pontorson

Du Guesclin ordonne d'important travaux sur la place forte. L'étang qui protégeait la première enceinte au Nord, fut considérablement agrandi et prolongé à l'Est jusqu'au village de Glesquin à Curey.

Parchemin

23 octobre 1370

Pontorson

Le serment de Pontorson

Après avoir combattu du Guesclin pendant la guerre de succession de Bretagne, Olivier de Clisson se lie alors avec celui-ci en 1370 « ...à toujours, à jamais... », où ils boivent leurs sangs mêlés dans une coupe.

C'est surement lors de cette journée que fut posée une « pierre carrée » (d'environ deux pieds et demi sur chaque face (80 centimètres)) sur le Pont de Pontorson. Celle-ci délimitait la Normandie de la Bretagne et des noix furent distribuées aux enfants.

Du Guesclin est alors Connétable de France et à sa mort, Charles VI, fraîchement couronné en France, nomme Olivier de Clisson pour lui succéder.

Couronne

1376

Pontorson

Charles V récompense les éclatants services du connétable du Guesclin, le gratifia de la propriété du château, de la ville et vicomté de Pontorson, avec appartenances et dépendances, sous la condition qui si ce grand homme venait à mourir sans enfants mâles, cette place reviendrait au domaine de la couronne.

Couronne

1378

Pontorson

Le Roi de France, Charles V, ayant maladroitement déclaré la Bretagne réunie à la couronne, la garnison de Pontorson composée surtout de Bretons abandonna son captitaine pour défendre l'indépendance de la Bretagne.

Fanion

1379

Pontorson

Le Duc d'Anjou était à Pontorson ; il avait succédé au Duc de Bourbon dans le commandement de l'armée que le Roi avait rassemblée pour prendre possession de la Bretagne.

Epées

Du 01/01/1379 au 18/10/1379

Pontorson

De nombreuses troupes passèrent à Pontorson. Dans le but de conquérir la Bretagne. « Très grand foison de gens d'armes de France, de Normandie, d'Auvergne et de Bourgogne... ».

Couronne

1380

Pontorson

Mort de Charles V et fin des projets de guerre avec les Bretons.

Parchemin

1380

Pontorson

Décès du connétable du Guesclin. Son coeur est déposé dans l'église des Dominicains à Dinan.

Couronne

1380

Pontorson

Olivier de Clisson reçoit le château et la seignerie de Pontorson.

Parchemin

9 mars 1393

Pontorson

Charles VI sanctionna les franchises que Henri II, Roi d'Angleterre et Duc de Normandie, et Charles V, Roi de France, avaient accordées à Pontorson.

Parchemin

1398

Pontorson

Il y a deux moulins « à fouler dras » à Pontorson, possédés par Blanche de Montmorency, femme de Robert d'Harcourt.

Fanion

1399

Pontorson

Le Duc d'Orléans (Louis 1er) vint à Pontorson pour se rendre maitre des enfants du feu Duc de Bretagne (Jean IV de Bretagne).

Flamme

1399

Pontorson

La citadelle fut prise d'assaut et fut livrée encore une fois aux flammes par les princes du sang qui se faisaient la guerre.

Fanion

1400

Pontorson

Le Roi de France Charles VI envoie le Duc d'Orléans à Pontorson pour conférer avec les seigneurs de Bretagne. Il les y reçoit, et traite avec eux.

Donjon

1402

Pontorson

La Chapelle de Saint-Sauveur fut bâtie dans l'église de Pontorson par Robert MONFLART (originaire de Pontorson).

Le patronage en fut donné aux religieux du Mont Saint-Michel : Nicolle VAUDU sous-supérieur, Nicolle GUERNON trésorier et Raoul HUBERT bailli. Vicaires-généraux de Pierre LE ROY, en présence de Hervé de la FRESNAYE, écuyer, garde-du-scel des obligations de la vicomté d'Avranches.

Donjon

1403

Pontorson

Il subsistait encore en 1403, une pierre carrée, d'environ deux pieds et demi sur chaque face (80 centimètres), armoriée vers la Normandie des armes de France, et vers la Bretagne des armes de cette province. Elle était située entre les moulins à eau de la rivière et les deux tours du château dites les « Tours-Brettes ».

Du Guesclin avait posé cette limite des deux territoires, surement pendant le « Serment de Pontorson » en date du 23 octobre 1370 avec Olivier de Clisson.

À cette occasion, on avait distribué beaucoup de noix aux enfants, afin qu'ils conservassent le souvenir de ce qui venait d'être fait. « Un nommé ROGIER, demeurant à Pontorson, mis à califourchon sur ladicte borne, disoit qu'il estoit Normand d'un costé et Breton de l'autre. ».

Ce monument disparut vers l'an 1450, sans que l'on sache par qui il fut ôté.

Fanion

1418

Pontorson

Dès l'année 1418, le Roi Henri V désigna deux commissaires pour apprécier les dommages causés aux Bretons par ses soldats ; il ordonna aux capitaines d'Avranches, de Saint-James et de Pontorson d'arrêter les pillards et d'en faire justice. Cependant, les brigandages continuèrent.

Epées

Juillet 1418

Pontorson

Les Anglais entrèrent dans Pontorson. Jean Gray (John Gray) fut nommé Gouveneur. Jean ARUNDEL lui succéda.

Parchemin

24 mai 1419

Pontorson

Henri V, Roi d'Angleterre possédait presque toute la Normandie. Cependant, le Mont-Saint-Michel protestait contre sa conquête !

Voulant contenir le pays et bloquer la forteresse, Henri V donna à Jean SWINFORD « la terre et seigneurie d'Ardevon qui avait été au prieur et couvent du Mont Saint-Michel, à charge d'y construire bastille et garnir de gens d'armes. ».

C'est pour cela qu'une bastille a existé à Ardevon vers 1420.

Fanion

12 juillet 1419

Pontorson

William de la POLE (1er duc de Suffolk) devient Gouverneur « du château, de la ville et de la tour du pont de Pontorson ». Celui-ci fut nommé plus tard Capitaine de la citadelle de Tombelaine.

Epées

Début 1426

Pontorson

Le Duc de Richemont (Arthur III de Bretagne), à la tête de 20 000 Bretons, vint assiéger la place les premiers jours de l'an 1426. Il s'en empara facilement « la fit raser et abattre » et passa la garnison au fil de l'épée par représailles des ravages qu'elle avait exercés.

Fanion

11 janvier 1426

Pontorson

Un mandement de 1426 : le monarque Anglais, le Duc de Richemont (Arthur III de Bretagne), fit lever une aide de guerre de 3 000 livres à prendre sur la Normandie, pour assiéger Pontorson.

Donjon

29 septembre 1426

Pontorson

Le Duc de Richemont (Arthur III de Bretagne), connétable de France, fit fortifier Pontorson, pour couvrir de côté la frontière de la Bretagne.

Epées

27 février 1427

Pontorson

Les troupes Anglaises arrivèrent pour faire un nouveau siège « dès le jeudy gras ». En présence du Comte de Warwick (Richard de Beauchamp), gouverneur et lieutenant général du Roi d'Angleterre ; les sires de TALBOT, de SCALES, de ROS, de OVYREBI, de FASTOUC, de FUASTRE, de BOURSIERES et grand nombre d'autres capitaines et baillifs.

Epées

8 mai 1427

Pontorson

La ville Pontorson tient le siège jusqu'au 8 mai 1427 « Toutefois ceulx de Pontorson tinrent jusques au huictième jour de mai, tant qu'ils n'eurent plus de vivre... et après aucun tems ladite ville fust rendue par composition, et ceulx de dedans s'en allèrent, chacun un bâton en sa main ».

Donjon

Juin & juillet 1427

Pontorson

Les Anglais apportent pendant les mois de juin et juillet tout ce qui pouvait servir à la défense de la place, car ils y tenaient fort.

Ils firent démanteler Saint-James qui était en leur pouvoir et apporter à Pontorson « artillerie, canons et merrien des portes et garites ».

Epées

1449

Pontorson

Les Français reprennent la citadelle de Pontorson à l'aide de soldats Bretons, commandés par Jean de MONTAUBAN, Maréchal de Bretagne. Jean du BOIS en fut fait gouverneur.

Ce gouverneur fut remplacé plus tard par Gilles de BRÉE.

Parchemin

1463

Pontorson

Les deux moulins « à fouler dras », possédés par Blanche de MONTMORENCY passent aux moines du Mont-Saint-Michel.

Donjon

1469

Pontorson

Louis XI, ordonna d'importantes restaurations aux remparts et au château de Pontorson. Les deux moulins normands furent abattus, et de grandes tours furent disposées pour recevoir de l'artillerie.

Ces travaux furent exécutés sous la direction d'Antoine LEBLANC.

Donjon

1476

Pontorson

Mandement par lequel est ordonné « de paiez, baillez et délivrez à Antoine LEBLANC, maistre canonnier du Roy, la somme de 25 l. t. pour ses paine sallaire d'avoir vacqué aux ouvrages de Pontorson ».

Donjon

1479

Pontorson

La restauration de la ville se poursuive sous la direction de Jean BILLART, maître d'oeuvre, de Jean DUDIXIÈME juré mesureur et de Guillaume MAILLARD.

Jean de HABAY était alors gouverneur de la place (successeur Jacques de SILLY, puis par le Capitaine du MAS de LISLE).

Donjon

1514

Pontorson

Jean de LAMPS (Prêtre catholique, Abbé du Mont Saint-Michel, de l'Ordre de Saint-Benoit), sut faire respecter et ratifier les droits et prérogatives de son monastère, contestés par le bureau des traites foraines de la ville de Pontorson.

Donjon

1521

Pontorson

Nous trouvons que l'emplacement du « vieil chasteau » fut vendu par le Roi François Ier au prieur de Pontorson Hector de LAMPS.

Plus tard, Jean d'AUMESNIL, aussi prieur de Pontorson, paya 100 sols pour « indemnité et amortissement de la place du vieil chasteau de Pontorson ». Cependant, tous les grands jours de cette citadelle n'étaient pas passés. Car elle devait encore jouer un rôle important pendant les guerres de religion, et spécialementt sous le règne de la famille de MONTGOMMERY.

Donjon

1524

Pontorson

Dans notre église Notre-Dame-de-la-Paix, à gauche du chœur, la Chapelle Saint-Sauveur conserve un retable en pierre, divisé en 8 tableaux et 22 compartiments qui représentent la vie du Christ. Celui est daté de 1524 et c’est une œuvre importante de style lapidaire. Mais la Révolution est passée et ce magnifique retable fut mutilé en 1793.

Certains livres indiquent que des habitants de Pontorson ont gardé les têtes de ces personnages…

Donjon

1526

Pontorson

Ce Manoir anglo-normand est édifié en 1526 par Jacques de MONTGOMERY (logis historique de cette famille). L’un des ses fils Gabriel de LORGES, Comte de Montgomery tua Henri II d’un coup de lance dans l’œil.

Couronne

1532

Pontorson

Gilles de BRÉE devient gouverneur de Pontorson.

Fanion

13 août 1532

Pontorson

L'Union de la Bretagne à la France (Édit d'Union) fit perdre à la forteresse de Pontorson son ancienne importance, et elle tomba en partie en ruine.

Parchemin

30 juin 1559

Pontorson

Lors du tournoi organisé par Henri II pour célébrer le mariage de sa fille Élisabeth avec Philippe II d'Espagne, MONTGOMMERY affronte et blesse mortellement son souverain, lui transperçant accidentellement l'œil de sa lance.

Le roi agonisa dix jours durant...

Epées

1562

Pontorson

Plusieurs scènes de meurtre et de pillage dans l'Avranchin, qui prouvent bien que le protestantisme y avait fait des adeptes.

Le principal propagateur de la Réforme dans la région fut Gabriel Ier de MONTGOMMERY, resté célèbre dans l'histoire. Il faut faire connaître ici cette puissante famille, qui joua un rôle prépondérant dans le pays à cette triste période.

Epées

1562

Pontorson

Gabriel de MONTGOMMERY s'empara de Saint-James et y rassemble des forces considérables, dans le but de s'emparer de plusieurs places fortes, entre autres Pontorson.

Epées

10 août 1562

Pontorson

Le Duc d'ESTAMPES (Jean IV de Brosse), gouverneur de Bretagne écrivait à la Reine Mère : « Le Comte de Montgommery faict son assemblée à Saint-James de Beuvron, qui n'est qu'à deux lieues de notre frontière. Ce que je crains le plus est qu'il ne se saisisse de Pontorson ».

La Reine ordonna d'attaquer immédiatement le rebelle. Aussitôt le Duc d'ESTAMPES envoya 4 000 hommes sous les ordres de son neveu, M. de MARTIGUES, pour occuper l'Avranchin.

L'armée passa à Pontorson et se dirigea vers la ville d'Avranches.

Donjon

Vers 1570

Pontorson

Gabriel de MONTGOMMERY ordonne la construction du Prêche de Pontorson.

Flamme

1573

Pontorson

MONTGOMMERY attaqua, prit et brûla Pontorson...

Parchemin

Vers 1600

Pontorson

Voici un plan qui représente Pontorson vers 1600.

Parchemin

Vers 1616

Pontorson

Voici un plan qui représente Pontorson vers 1616.

Epées

25 février 1622

Pontorson

Monsieur de BLAINVILLE, prit, au nom du Roi Louis XIII, possession du château de Pontorson. Se sera le départ de la fin des fortifications de notre ville...

Parchemin

25 juillet 1622

Pontorson

Prédiction de la vision prodigieuse d’un aigle épouvantable apparu le 25 juillet entre la Normandie et la Bretagne proche de la ville de Pontorson.

Parchemin

5 juillet 1623

Pontorson

Louis XIII envoya une lettre à Jean de BRUC de MONTPLAISIR, seigneur de la GRÉE, procureur-syndic des Etats de Bretagne, pour lui donner l’ordre de se transporter à Pontorson.

« incontinant et le plus dilligemment qu’il pourra ; et y estant, faire avec le procureur-syndic des Etats de notre province de Normandye, que nous avons aussi commis avec vous incessamment travailler à la démolition et razeman dudict chasteau, combler les fossez d’iceluy et batre les tours, esperons, bastions, contrescarpes et aultres deffences et fortifications, ensemble celles de la ville ; et mettre le tout en tel estat que cette place ne puisse à l’advenir servir de retaicte à personne, pour troubler le repos de nos subiectz desd. provinces ; emploiant à cela tous et chacuns nos subiectz des paroisses de Bretagne de pareille nombre de celles de l’esclection d’Avranches, proches de ladicte place, qui y pourront plus commodement venir ; lesquelz vous y ferez travailler chacun à son tout, selon le département qu’en sera par vous faict, et le plus justement et esquallement, chacun selon ses facultez et moiens, que faire ce pourra… ».

Donjon

3 octobre 1623

Pontorson

En conséquence de l'ordre du Roi Louis XIII, la destruction de toutes les fortifications de la ville et du château ont commencé à cette date (au moyen de la sape et de la mine).

Les habitants de Bretagne, jusqu'à Combourg et Saint-Malo réunies à celles de Fougères, contribuèrent à la démolition pour une moitié, et les habitants d'Avranches, Mortain, Vire et Coutances, pour l'autre moitié.

Les ruines du château ont été continuellement exploitées pour la construction de nouveaux bâtiments, y compris pour un pont à Saint-Georges-de-Gréhaigne.

Donjon

Fin 1625

Pontorson

Les fortifications ainsi que le château sont totalement détruits...

En octobre 1625, cinquante-cinq paroisses travaillaient encore et fournissaient environ 2 500 ouvriers.

Parchemin

18 septembre 1626

Pontorson

L’histoire du Temple disparu de Cormeray est assez bien documentée. Les Montgommery, maîtres du château et de la ville de Pontorson, vont édifier peu après l’édit de Nantes le « presche » à quelques pas seulement de l’église paroissiale Notre-Dame.

Mais en 1621 Gabriel II de Montgommery va échanger la place contre trente mille écus et une autre charge. Son départ de la ville va entraîner la fermeture du prêche, et obliger la communauté protestante à trouver un autre lieu de culte.

Le 12 septembre 1626, un arrêt du Conseil du Roi va autoriser les réformés de la ville « de faire l’exercice de leur religion en ce lieu de Cormeray, distant d’une lieue ou environ de la ville, et de construire au dit lieu un temple pour le dit exercice à leurs frais et despens ».

Gabriel d’Hauteville fit don du terrain, sur lequel fut rapidement édifié le temple, grâce à la générosité de Gabriel de Montgommery, de Jacques Dalibert et des autres notables de la communauté.

Inauguré le 12 août 1627, le temple accueillait au moins trois services par semaine : le principal le dimanche matin à 9 heures, le second à 15 heures le même jour, enfin un service était célébré le jeudi. Incendié en 1662 par Olivier Bence, vicaire de l’église voisine, le temple fut reconstruit en 1669, avant d’être rasé juste avant la révocation de l’Édite de Nantes en 1685, et ses pierres furent données à l’hôpital de Pontorson. Les registres de ce temple et de la communauté ont été perdus, mais le souvenir de son emplacement au centre du village, dans le champ Libert, a survécu.

Les bases d’un mur le long de la rue et un fragment de pierre tombale gravée du XVIIe siècle sont peut-être ses derniers vestiges. Avec quelques pierres dans un enclos voisin, qui devrait abriter le cimetière.

Parchemin

1635

Pontorson

Voici un plan qui représente Pontorson en 1635.

Donjon

1696

Pontorson

Pierre-Daniel HUET, lors de sa visite pastorale de 1696 dit : « Nous nous sommes transporté a leglise parroissiale du dit lieu... Il sera bati une sacristie dans le cimetiere attenant a leglise et sera fait une porte au mur pour la communication... la chapelle Saint Sauveur est decouverte et menace ruine, sil ny est pourvu en bref, la ruine de laquelle pouroit attiret celle de la tour...... au regard du prieuré de St. Nicolas situé dans la paroisse, sur les plaintes a nous faites que le titulaire n'acquite point le service deu a iceluy... le service sera fait aux frais du titulaire. ».

Flamme

15 mai 1736

Pontorson

Au printemps 1736 à midi, Pontorson subit un important incendie qui toucha une très large partie de la cité.

L'incendie se déclara dans la maison de Sr CHAUVIN (Rue de Tanis) par un vent de nord-ouest.

Parchemin

1745

Pontorson

Voici un plan qui représente Pontorson en 1745.

Parchemin

1747

Pontorson

Voici un plan qui représente Pontorson en 1747.

Parchemin

1749

Pontorson

Voici un plan qui représente Pontorson en 1749.

Parchemin

15 janvier 1764

Pontorson

François Gilles Pierre Barnabé Manet, est né le 15 janvier 1764 à Pontorson dans le diocèse d'Avranches.

En 1780 il est agréé dans son nouveau diocèse et il devient prêtre le 22 décembre 1786. Il devient ensuite professeur au Collège de Dinan ; Il quitte le collège en 1791. Prêtre insermenté il tente de se réfugier en Irlande mais il échoue et vit toute la Révolution dans la clandestinité.

Il meurt à Saint-Malo le 18 juin 1844 à l'âge de 80 ans.

Donjon

1775

Pontorson

Construction d'un moulin à blé sous la seconde arche du pont du Couesnon à Pontorson.

Parchemin

1791

Pontorson

La paroisse de Cendres faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de Saint-Étienne.

Elle est supprimée en 1791. Aussi disait-on que les habitants de Cendre, les Cendrillons comme on les appelait, ou du moins la plupart, appartenaient au Bon Dieu de Bretagne et au Diable de Normandie.

Epées

18 novembre 1793

Pontorson

La bataille de Pontorson se déroule à Caugé, le 18 novembre 1793 lors de la virée de Galerne, pendant la guerre de Vendée. Elle s'achève par la victoire des Vendéens qui prennent le bourg de Pontorson aux républicains.

Chargés à la baïonnette, ils furent refoulés jusqu’à dans Pontorson, et là, dans les rues, presque tous furent taillés en pièces. L’affaire dura de 4 heures à 9 heures.

On jeta une partie des cadavres dans des carrières qui s’appelèrent dès-lors les Perrières-ès-Morts : le sol est encore plein de balles, et on en trouve aussi sous l’écorce des vieux arbres.

Epées

18 septembre 1799

Pontorson

À trois heures du matin, une troupe de 140, à 250 chouans commandés par Joseph PICOT DE LIMOËLAN, commandant de la division de Fougères, entre dans la ville de Pontorson. La garnison, composée de la gendarmerie, de la garde nationale et des hommes de la colonne mobile, n’oppose aucune résistance.

Un seul des habitants, Gabriel HÉDOU, pharmacien et agent municipal, tente de combattre. Il devait mener le jour même les conscrits de Pontorson à Saint-Lô . Alors que les chouans se portent à sa pharmacie, il les accueille de deux coups de fusil, en tuant un et en blessant un autre. Il franchit ensuite une porte dérobée et parvient à s’enfuir à travers champs. En représailles, les chouans livrent sa demeure au pillage.

Craignant que les coups de fusil n’avertissent les cantonnements voisins, les chouans se retirent. Les républicains sont auparavant désarmés, puis laissés libres. À 6 heures, après avoir saisi 112 fusils, les chouans quittent la ville et se retirent du côté d’Antrain sans être inquiétés.

Parchemin

18ème siècle

Pontorson

Le Séquoia (Sequoiadendron giganteum) se trouve Rue Ambroise Pincé. Il a été importé par les bourgeois de la ville au XIXe siècle. C’est un « arbre remarquable » classé par le CAUE de la Manche.

Sa cime culmine à 30 mètres environ et sa circonférence est de 7 mètres (diamètre de 2.22 m).

Il y a dans le jardin de l'hôpital, le même Séquoia, qui fut planté dans le même axe à la même époque.

Parchemin

6 décembre 1803

Pontorson

L'ancienne paroisse de Cendres est partagée entre les communes de Pleine-Fougères (Ille-et-Vilaine) et de Pontorson (Manche).

Donjon

1806

Pontorson

Construction du moulin de Moidrey.

Le moulin est situé à une quarantaine de mètres d'altitude sur une butte dominant la rive droite du Couesnon.

Il s'agit d'un moulin utilisant le vent pour produire de la farine, notamment farine de blé, sarrasin, seigle, orge, avoine, maïs, riz et châtaigne. Le bâtiment est une construction cylindrique en pierre surmontée d'un toit conique en bardeaux de châtaignier. Il possède quatre ailes, inclinables pour offrir au vent une surface variable.

Transformé en fenil, il est abandonné après la Seconde Guerre mondiale. Il est restauré en 2003 et remis en activité.

En 2007, le moulin de Moidrey est inscrit au patrimoine mondial, comme partie du site du mont Saint-Michel et de sa baie.

Donjon

30 avril 1808

Pontorson

Séance du Conseil Municipal : « Considérant enfin que les Halles de Pontorson sont une propriété de l'hospice dudit lieu. Le Maire réunira la commission administrative de l'hospice pour lui faire part du projet du Conseil de demander son adhésion à la translation des Halles sur le terrain que M. MORIN propose de rétrocéder à la ville entre les Rues Saint-Michel et de Tanis, dont les frais et dépenses de toute espèce qu'elle pourra occasionner seront supportés par la Commune. ».

« Bien entendu que l'hospice conservera la propriété des dites Halles, qu'il entretiendra par la suite et qu'il continuera d'en jouir ».

Ces Halles seront déplacées vers 1820, au milieu de la Place de l'Hôtel de Ville.

Notons qu'il ne s'agit pas des Halles que nous connaissons aujourd'hui ! En effet, ces dernières furent livrées vers 1875.

Parchemin

1809

Pontorson

Les pierres de l'ancien château de Pontorson :

Il ne reste plus sur le sol du château fort, qui existait autrefois en amont et près du pont sur la rive gauche, qu’un massif de maçonnerie de 5 à 6 mètres cubes tombé dans le Couesnon. Mais la pièce de terre, nommée le Colombier, qui est attenante, ou plutôt sur laquelle était le château, contient encore une partie des fondations.

Le Maire de Pontorson en 1809, a fait extraire de très belles pierres pour servir à la construction d’un pont à portes de flot, situé sur le chemin vicinal de Saint-Georges-de-Grehaigne, à l’endroit où il est croisé par le canal de dessèchement du marais du Mesnil.

Postérieurement à 1809, les maisons des sieurs Le Sénéchal et Allendy ont été en partie construites avec des matériaux provenant des fondations de l’ancienne forteresse.

Ces fouilles ont procuré l’occasion de reconnaître l’existence de construction souterraines établies avec des pierres dont la taille était très-soignée.

Donjon

Vers 1810

Pontorson

La Guimbarde est une fontaine qui a alimenté la ville de Pontorson pendant de très nombreuses années. Sa source est toujours existante.

L’eau de cette fontaine était dit-on très abondante et très pure. Son volume était d’ailleurs augmenté en y réunissant les eaux de plusieurs sources voisines. Ces sources voisines, au nombre de trois, sont reliées entre elles (à la principale) via un petit aqueduc de 30cm de hauteur et de 80cm de largeur.

Elle était destinée à alimenter un certain nombre de fontaines publiques dans différents quartiers de la ville, à fournir de l’eau à l’hôpital et même à quelques propriétaires (par des concessions particulières).

Parchemin

1815

Pontorson

La commune de Macey fusionne avec Cormeray avant que celle-ci ne reprenne son indépendance en 1848.

Parchemin

Août à novembre 1815

Pontorson

Des troupes Prussiennes furent présentes à Pontorson d’août à novembre 1815. Nous y trouvons de nombreux documents de leur passage dans nos archives. Il fallait surtout organiser le ravitaillement en vivre !

Dans notre canton, il y avait un bataillon de 800 hommes et 30 chevaux. Et une compagnie de chasseurs de 70 hommes.

L'attaque prussienne de la Manche est un épisode de la guerre opposant l'armée française à une coalition réunissant notamment l'Angleterre, la Prusse et l'Allemagne, qui a lieu en 1815 L'armée prussienne choisit de s'établir en Normandie, alors province française parmi les plus riches. Le feld-maréchal Blücher y affecte 60 000 hommes. Des réquisitions pleuvent sur les villes. La troupe doit être logée chez l'habitant. Les municipalités sont chargées d'assurer son ravitaillement en vivres et de fournir du foin à ses chevaux.

Donjon

1817

Pontorson

L'ancienne église de la paroisse de Cendres est transformée en prison.

Donjon

1820

Pontorson

Historiquement, il existait déjà des Halles (en bois) qui étaient situées dans la Rue Saint-Michel (en descendant vers la Rue Couesnon).

En 1820, la ville décide de déplacer ces Halles vers la « place vide située entre les rues Saint-Michel et de Tanis ». Ces futures nouvelles halles allaient réunir celle des « merciers », aux « blés » et des « bouchers ». Cette place « vide », est en réalité la future « Place de l’Hôtel de Ville », jadis nommée « Place de la Mairie ».

Parchemin

17 avril 1830

Pontorson

Violents incendies dans nos campagnes en 1830 :

Voici une lettre de Pontorson, qui date du 17 avril 1830. En cette année, les départements de la Normandie sont frappés par des incendies réitérés :

« Dans l’arrondissement de Mortain, et même à Brécey, l’on entend chaque jour parler d’incendies, attribués avec raison à la malveillance. Des boules inflammables ont été trouvées dans nombre d’appartements ; les prisons de Mortain regorgent d’individus porteurs de ces boules à mèches ; la gendarmerie est nuit et jour à la poursuite de cette bande de brûleurs ; on monte la garde dans les campagnes. Un étranger qui se présente est aussitôt arrêté, qu’il soit ou non muni de papier ; les femmes elles-mêmes, armées de fourches, poursuivent toutes les personnes qui leur paraissent suspectes : ce qu’il y a de plus extraordinaire dans ces associés incendiaires, c’est qu’ils ne commettent aucun vol, et se taisent (du moins ceux au pouvoir de justice) sur le motif qui les porte à ce crime. ».

Donjon

1832

Pontorson

Début de la construction de la première mairie. Elle était située au croisement de la Place de l’Hôtel de Ville (anciennement, Place de la Mairie) et de la Rue de Tanis. Elle prenait place devant la Caisse d’Épargne.

Parchemin

1833

Pontorson

La ligne télégraphique Avranches-Nantes est mise en service en 1832.

Un télégraphe optique des frères Chappe sera installé en 1833, près du village de Soligny à Macey (au niveau du château). Aujourd'hui, il n'en reste plus rien.

D'après l'atlas Kermabon, ce télégraphe optique était à 107m d'altitude et à 5.80m au dessus du sol.

Donjon

1842

Pontorson

La route qui mène au Mont-Saint-Michel, distant de huit kilomètres, est achevée en 1842.

Parchemin

8 mai 1849

Pontorson

Le 30 avril 1849, le Maire de Pontorson reçoit une lettre du Sous-Préfet d’Avranches : celui-ci demande au Maire d’être vigilant sur une possible épidémie en cours. Une « Fiche de suivi » devra être mise en place et transmise régulièrement aux services de l’État.

Les premiers cas de choléra répertoriés à Pontorson datent du 8 mai 1849 et la fin de l'épidémie semble s'arrêter le 27 juillet 1849.

On dénombre au moins 30 cas dans la commune. Malheureusement, à peine 9 personnes survivront…

Parchemin

1856

Pontorson

Napoléon III crée des polders dans la baie du Mont-Saint-Michel.

Il accorde une concession pour la création de 3 000 hectares de polders, dans la baie du Mont-Saint-Michel, les travaux seront achevés en 1934.

La concession est faite à Messieurs MOSSELMAN et DONON, des banquiers connus dans l’entourage de l’empereur. C’est la Compagnie des Poders de l’Ouest qui les réalise et exploite les polders.

Donjon

1857

Pontorson

La Compagnie Mosselman (devenue Compagnie des polders de l'Ouest) entreprend la construction de la Digue de la Roche-Torin. Ceci, afin d'éviter les divagation de la Sée et de la Sélune vers le sud et de préparer la poldérisation des 1 500 ha concédés.

Cette construction est abandonnée la même année. En 1859, l'État reprend la construction sans la terminer. Les travaux sont arrêtés en 1860, alors que la digue n'est qu'à 1 500m du Mont-Saint-Michel.

Les études montrent que sa construction a eu des conséquences désastreuses sur le caractère maritime du Mont-Saint-Michel.

En fin de compte, la digue est détruite en 1983 et 1984. François MITTERRAND vient en personne le 24 juin 1982 pour ôter la première pierre.

Donjon

1862

Pontorson

C'est la construction du pont que nous connaissons aujourd'hui. L'ancien pont, situé juste devant (vers le nord), était étroit et trop dangeureux pour la circulation (l'entrée et la sortie du pont formaient un grand « S »).

Les crédits pour la construction de ce nouveau pont furent difficiles à obtenir. En effet, la demande initiale de recontruction date de 1839 !

Entre 1970 et 1972, un élargissement du pont fut réalisé via le remplacement des gardes-corps.

Donjon

1862

Pontorson

La ville souhaite encore construire des nouvelles Halles, plus grandes (car insuffisantes aux besoins d’une ville en plein essor).

Elles seront construites à l’emplacement que nous connaissons aujourd’hui (avant que la mairie n'y soit greffée en son centre en vers 1902).

Parchemin

7 septembre 1862

Pontorson

La goëlette anglaise « Daring » de M. ASPLET, vint décharger, à l’anse de Moidrey, 170 tonneaux de houille qu’elle avait à son bord. C'est là que commence la navigation sur le Couesnon.

Donjon

30 juillet 1863

Pontorson

Contruction du navire « Élisa Auguste Pron », au Port de Pontorson.

Parchemin

Février 1864

Pontorson

La disparition mystérieuse du cheval du brigadier de Pontorson :

Cette histoire s'est déroulée à Pontorson au début de l'année 1864, au mois de février. Pendant que les gendarmes de Pontorson se reposaient tranquillement dans leurs chambres, un voleur fantaisiste enfourchait le cheval du brigadier et partait en excursion. Dès que l’on se fut aperçu de la disparition de l’animal, des estafettes partirent dans toutes les directions, mais elles revinrent sans le pauvre pégase…

À Ducey, M. le Commissaire de police, qui n’avait point entendu parler de l’équipée en question, remarqua un individu qui portait les vêtements de l’asile des aliénés de Pontorson et s’empressa de s’approcher de lui pour lui adresser les questions d’usage. Mais, avant qu’il eût pu les formuler, l’homme aux vêtements spéciaux se hâta de lui dire que ce n’étais pas lui qui avait volé le cheval du brigadier.

Cette réponse inattendue frappa le Commissaire de police, qui sut bientôt l’histoire qui voici : l’aliéné, voulant s’évader de l’hospice, s’était glissé dans l’écurie de la gendarmerie, et s’était emparé d’un cheval pour fuir avec plus de promptitude. Malheureusement pour le pauvre fou, il n’était pas fort sur l’équitation ; aussi son coursier s’était, près de Ducey, débarrassé de lui, et avait « demandé asile » à des fermiers voisins qui le mirent à l’écurie et lui donnèrent la pitance dont il avait grand besoin.

L’aliéné a été reconduit à Pontorson !

Donjon

5 mars 1864

Pontorson

Contruction de la goëlette « Ville de Pontorson », au Port de Pontorson.

Donjon

9 novembre 1864

Pontorson

Contruction de la goëlette « Les Deux-Frère », au Port de Pontorson.

Donjon

Janvier 1865

Pontorson

Contruction de la goëlette « l’Adverne », au Port de Pontorson.

Donjon

24 mai 1865

Pontorson

Contruction de la goëlette « Tom-Pouce », au Port de Pontorson.

Donjon

14 août 1865

Pontorson

Contruction de la goëlette « Vitted », au Port de Pontorson.

Donjon

21 août 1865

Pontorson

Contruction de la goëlette « Ville d’Antrain », au Port de Pontorson.

Donjon

8 novembre 1865

Pontorson

Contruction de la goëlette « L’éclair », au Port de Pontorson.

Donjon

24 février 1867

Pontorson

Contruction de la goëlette « Daring », au Port de Pontorson.

Donjon

12 septembre 1867

Pontorson

Contruction de la goëlette « Jeune Cérès », au Port de Pontorson.

Parchemin

1868

Pontorson

Fort probablement à l’occasion de l’agrandissement de la cathédrale de Rennes, cet orgue fut vendu à l’église Notre-Dame-de-la-Paix de Pontorson pour la somme de 10 000 francs, installé par MERKLIN et inauguré en 1868.

Donjon

20 mars 1868

Pontorson

Contruction de la goëlette « Léonie », au Port de Pontorson.

Donjon

11 septembre 1868

Pontorson

Contruction de la goëlette « Célina », au Port de Pontorson.

Donjon

11 avril 1869

Pontorson

Contruction de la goëlette « Louis-Marie », au Port de Pontorson.

Donjon

1er septembre 1869

Pontorson

Contruction de la goëlette « Adèle », au Port de Pontorson.

Donjon

Entre 1870 et 1880

Pontorson

La Villa Bailleul a été bâtie entre 1870 et 1880 pour le directeur de la Compagnie des Polders de l'Ouest, entreprise qui gagne de nombreuses terres agricoles à partir du milieu du xixe siècle en baie du Mont Saint-Michel. L'édifice porte son nom de son second propriétaire.

Les façades et les toitures de la villa et des communs, le réservoir en style rocaille (agencement hydraulique et décoration), la clôture ont été inscrits aux monuments historiques par un arrêté du 30 septembre 2011.

Donjon

15 avril 1870

Pontorson

Contruction d'un navire pour un armateur de Saint-Malo, au Port de Pontorson.

Donjon

22 avril 1870

Pontorson

Contruction de la goëlette « Le Cygne », au Port de Pontorson.

Donjon

25 avril 1872

Pontorson

Construction d'un navire pour Saint-Servan, au Port de Pontorson.

Donjon

10 septembre 1872

Pontorson

Contruction de la goëlette « La Divatte », au Port de Pontorson.

Donjon

10 octobre 1872

Pontorson

Mise en service de la ligne de chemin de fer entre Saint-Brice-en-Coglès et Pontorson.

Donjon

1878

Pontorson

La Caserne, en face du Mont-Saint-Michel est reliée (chemin de fer) en 1878.

Donjon

1878

Pontorson

Le chantier de la digue-route commence en 1878. Après le décret d’utilité publique signé par le Président de la République Mac Mahon en 1874.

Un chantier moderne à l’époque qui utilise des petits wagonnets sur rails, tractés par des chevaux. On voit un nombre important d’ouvriers, ce sont des travaux rondement menés.

La digue-route atteint les remparts en juin 1879.

Donjon

Vers 1900

Pontorson

Curiosité de la ville (1 Rue du Dr Bailleul), cette citerne construite vers 1900 a une apparence trompeuse puisqu’elle est faite, non pas en bois, mais en béton armé sculpté.

Située sur le côté d’un bâtiment de communs, elle est coiffée d’un toit qui peut rappeler ceux des kiosques tandis que son décor s’inspire de l’univers végétal.

Sous le réservoir, on aperçoit encore une rocaille dans un petit bassin d’où jaillissait autrefois de l’eau. Il fort probable que cette citerne fut alimentée par la Guimbarde , en effet, celle-ci passait devant cette citerne, sous le trottoir.

Parchemin

29 juillet 1901

Pontorson

Inauguration du tramway encore appelé petit train, qui établi la liaison entre Pontorson et le Mont-Saint-Michel.

C’est un grand succès ! Mais surtout, on réalise cette voie ferrée avec un écartement de 1.44 mètre comme celui des lignes des grands trains, d’intérêt général, et non pas dans l’écartement métrique de 1 mètre, correspondant à celui des petites lignes.

Cela a pour conséquence de faire venir les trains de Paris directement devant les remparts. C’est l’entreprise d’origine belge, les Transports Verney basée au Mans, qui en a eu l’initiative.

Donjon

Vers 1902

Pontorson

On détruisit le centre des Halles, pour y placer subtilement notre Hôtel de Ville (l'ancienne Mairie était construite devant la Caisse d'Épargne, sur la Place).

Malgré cet ajout, les grandes arches resteront ouvertes pendant encore des années. D'ailleurs, les pompiers s'installeront plusieurs années dans l'actuelle Salle des Fêtes !

Parchemin

1904

Pontorson

La minoterie et l’arrivée de l’électricité :

Au début des années 1904, il existait à Pontorson, une minoterie. Elle était installée où est aujourd’hui le magasin de bricolage « LaMaison.fr » (20 Boulevard Clémenceau). Elle était tenue par Messieurs TESNIÈRE frères, qui, leurs études de droit terminées, se sont adonnés à l’industrie et au commerce des farines.

En 1906, dans leur ardeur juvénile, ils ont installé dans leur usine, trois dynamos qu’actionnent deux moteurs à gaz d’une force totale de 100 chevaux. À leur frais, ils ont placé les fils conducteurs, les consoles et le travail terminé, ils sont venus dire à la municipalité pontorsonnaise : « Voulez-vous que nous éclairions vos rues ? Nous avons assumé toutes les dépenses de première installation et vous ne paierez que l’éclairage ».

Le marché fut vite conclu avec les Frères TESNIÈRE et la ville pour 30 années. Dorénavant, les Pontorsonnais ont droit à des rues éclairées (les rues Couesnon, de Saint-Michel, Tanis et autres).

Mais les commerçants de la ville pouvaient aussi en profiter ! Des engagements au prix de 0 fr. 10 les 100 watts-heure et de 8 fr. 50 par mois par lampe de 16 bougies…

De cette histoire sur l’électrification de la ville grâce à cette minoterie, il ne reste qu’un bout de mur délimitant la parcelle… En effet, cet ancien bâtiment fut détruit en 1994.

Parchemin

1907

Pontorson

L'histoire des pilules Pink et la ville de Pontorson...

Avez-vous déjà entendu parler des pilules Pink ? Peut-être que vos aïeux/aïeuls ont connu cette pilule vendue de la fin du 19ème siècle jusque dans la première moitié de 20ème siècle.

C’était la « Pilule Pink Pour Personnes Pâles » (les 5P), fabriquée à base de proto-oxalate de fer, qui lui conférait cette couleur caractéristique. Cette pilule était destinée à combattre l’anémie et la fatigue et elle fut brevetée par le docteur William Frederick Jackson, médecin de Brockville (Canada), en 1886.

Mais quel est le point commun entre cette pilule et notre ville de Pontorson ?

La pharmacie GABLIN de Paris (Rue Ballu) a réalisé une grande campagne de publicité dans de nombreux journaux à travers la France entre 1907 et 1908. D’ailleurs, cette campagne de publicité a dû couter assez chère à ce pharmacien (entre les articles et les photographies des témoins). La boîte de pilule, quant-à-elle, était facturée à 3 Fr 50 et le lot de 6 boîtes à 17 Fr 50.

Et c’est là qu’apparait la ville de Pontorson et plus précisément le nom de trois de ses habitants :
- Un Monsieur TIREL, qui habitait Rue de la Cité ;
- Une Mademoiselle Anna GUILLOT, qui demeurait Rue Notre-Dame ;
- Un Monsieur DUTEIL, entrepreneur à Pontorson. Son fils Georges, âgé de 11 ans était atteint de la « Danse de Saint-Guy » (maladie infectieuse du système nerveux central).

Ces habitants de Pontorson furent utilisés comme témoins dans les différents articles de journaux !

Parchemin

1er juin 1910

Pontorson

L'Union sportive de Pontorson (US Pontorson) est un club de football de la Manche. En 1919, elle change de nom pour devenir « La Scolaire pontorsonnaise » et est rattachée à la Ligue de Bretagne.

Après la Seconde Guerre mondiale, « La Scolaire pontorsonnaise » fusionne avec l' « Espérance Saint-Michel ». En septembre 2014, une école de foot est recréée.

Pour la saison 2015-2016, l'US Pontorson réintègre la Ligue de Normandie de football et dispute le championnat de la Manche 3.

Parchemin

3 février 1923

Pontorson

Le premier cinéma de Pontorson :

Certains d’entre vous ont peut-être connu le premier cinéma de Pontorson. Non, il ne s’agit pas du « Rex », du « Chaplin » ou du « Montgomery »…

Ce premier cinéma était situé sur la Place de l’Hôtel de Ville (anciennement, Place de la Mairie). C’était même un Cinéma-Théâtre ! Son rez-de-chaussée est aujourd’hui un commerce, la salle de projection et la scène étaient placées au deuxième étage.

Quelques archives, sans grandes précisions, permettent de connaitre, à-peu-près, ses dates de fonctionnement et ses différents noms qu’il a porté. J’ai retrouvé les premières traces d’archive datées du 3 février 1923, avec comme nom le « Palace ».

Les 3 et 4 février 1923, les Pontorsonnais ont eu l’honneur de regarder plusieurs films : « Les Trois Mousquetaires (11e chapitre) », « La maison d’argile (5e partie) », « Pour la main d’Irène (comique) » et les « Ruines de Thèbes ».

Les années passent jusqu’en 1934, où notre cinéma change de nom pour devenir « l’Eden ». L’exploitation de ce Cinéma-Théâtre disparait progressivement au début des années 1960 : on y rencontre de plus en plus de pièces de théâtre et moins de cinéma... Il devient même une salle d’entrainement pour les « Petits rats » de Pontorson (cours de danse rythmique et classique) en 1962.

Depuis l’ancienne sortie par l’arrière du cinéma, il existait plusieurs portes qui permettaient de rejoindre directement l’ancien « Hôtel de Brée », tenu par Madame LECHAT Muriel. Les deux bâtiments étaient donc communiquant via la cage d’escalier.

Parchemin

1926

Pontorson

Le chemin de fer est à son apogée. Cependant arrive le règne de la voiture qui va détrôner le rail, comme le montre le premier parking sur les grèves établi en 1926.

Parchemin

Janvier 1936

Pontorson

Les premières inondations ont commencé fin novembre/début décembre 1935 et le temps est redevenu plus calme qu'à partir du 27 février 1936.

Les dégâts sont très importants dans de nombreux quartiers de la ville (Chaussée Villecherel, Grésillon, Les Couesnons, Macey, Le Port, Grands Prés, Boulevard du Sud, Route d'Antrain, L'Ile, La Croix Lorin, La Grenouillère et La Mare).

Le 30 décembre 1936, la Préfecture de la Manche verse une indeminité de 2 500 Fr à la commune de Pontorson. Ceci afin d'indemniser les habitants concernés par cette terrible inondation.

En octobre 1936, lors d'un Conseil Municipal, le Maire ordonne la destruction des ruines de l'ancien pont médiéval de Pontorson. Pour l'Édile, ces ruines sont responsables de ces inondations...

Parchemin

28 octobre 1936

Pontorson

Lors du Conseil Municipal du 28 octobre 1936, M. le Maire (Docteur TIZON) signale qu'il a fait procédé à la destruction des ruines de l'ancien pont médiéval « Duguesclin » qui gisaient dans le lit du Couesnon. Ceci, afin d'éviter le retour des fâcheux événements de janvier 1936 (inondation).

Ces travaux exécutés avec toute la sécurité voulue ont atteint environ 1 000 francs et le Conseil, à l'unanimité a ratifié cette dépense.

Cette destruction a fait disparaitre la « Masse » (ancienne pile de ce pont), qu'il y avait sur la rive « Est » du Couesnon, que nous voyons régulièrement sur d'anciennes cartes postales.

Parchemin

2 octobre 1938

Pontorson

Fermeture du tronçon « Fougères - Pontorson » au service voyageurs.

Parchemin

1939

Pontorson

La construction du nouvel l’hôpital-hospice (Centre Hospitalier de l'Estran) s'est terminée en 1939.

Selon le directeur de l’époque « Il a été construit en bonne pierre et d’une conception assez moderne pour permettre de traiter dans les meilleures conditions, les hospitalisés et les vieillards avec d’autre part l’aménagement d’une salle d’opération et l’installation radiologique ».

Cependant, à cause de la guerre, celui-ci n’a pas pu être aménagé car il a été occupé par les troupes allemandes tout comme d’autres locaux de l’établissement : écurie, maison de ferme, logement des palefreniers, salle de jeux…

Parchemin

1941

Pontorson

L’hôpital-hospice est en voie d’aménagement pour accueillir en 1948, les services suivants : hospice, médecine, chirurgie, maternité et clinique ouverte.

Epées

7 juin 1944

Pontorson

Le 7 juin 1944, le village de Pontorson est la cible d’un raid aérien dirigé contre le pont sur le Couesnon et le chemin de fer.

L’objectif de ce bombardement est d’endommager les voies de communication permettant aux Allemands d’envoyer leurs renforts en Normandie.

Mais cette attaque touche la rue de la Cité, près de la voie ferrée, tuant sept habitants de la commune.

Epées

1er août 1944

Pontorson

Les ordres transmis par le 8e corps à la 6th Armored Division (AD) sont clairs : ne pas s’arrêter à Pontaubault et s’emparer de Brest sans se laisser retarder par les résistances isolées.

L’unité rend compte vers 11 heures que le pont sur le Couesnon est franchissable et qu’elle a sécurisé une tête de pont à l’ouest de la coupure humide.

Peu après 12 heures 30, les combats de l’embuscade cessent progressivement, exceptés les tirs sporadiques de tireurs isolés.

Epées

1er août 1944

Pontorson

Nous sommes le 1er août 1944, le matin, à Macey... Après le succès sur Avranches, l'armée du Général Patton, venant de Pontaubault, se dirige par la N175 vers Pontorson où ils doivent franchir le Couesnon. L'objectif est d'entrer en Bretagne afin de relier le port de Brest.

Au Rouvre, à la limite des communes de Macey et Tanis, près du carrefour de Brée, il tombe dans une embuscade tendue par 200 soldats Allemands armés de trois canons de 88 mm bien cachés sous les arbres. Trois blindés américains sont détruits, les Américains perdent 70 hommes et les Allemands une centaine à l'issue de trois heures de combat. On ne déplore pas de victimes parmi les 22 habitants du hameau, mis à l'abri le matin même.

Le 1er juin 2019, Sébastien ROBIDEL, maire délégué de Macey, inaugure une stèle en hommage à l'armée du général Patton, en présence d'Hélène Patton, petite-fille du général, et de Jean-Paul Delaunay, président des Amis du souvenir et de la liberté.

Epées

7 août 1944

Pontorson

La 9ème AIR FORCE construit un aérodrome provisoire à Boucey sous le nom de A.28 PONTORSON.

Quatre bulldozers sont à l’œuvre, poussant la terre devant eux. Les soldats qui les pilotent se relaient toutes les deux heures car ce travail poussiéreux est harassant.

Très vite la piste se profile. Deux cent hommes s’activent à cette tâche difficile. La logistique s’installe petit à petit. L’intendance sous les ordres de l’officier Malcolm Finley est vite opérationnelle.

Parchemin

13 mars 1948

Pontorson

Création du Syndicat Intercommunal de la Basse Vallée du Couesnon en 1948 avec comme objectif d'assécher les marais du Couesnon pour développer les productions agricoles à la sortie de la seconde guerre mondiale. Ceci, conformément à la demande de l'État Français pour nourrir la population Française.

Parchemin

28 septembre 1957

Pontorson

Fermeture du tronçon « Fougères - Pontorson » au service marchandises.

Parchemin

1959

Pontorson

La fermeture du service de chirurgie de l'hôpital-hospice date des années 1959, « le service n’a pas été rétabli » selon le rapport de 1962. Car il ne répondait pas aux conditions réglementaires de fonctionnement (absence de chirurgien résidant).

Donjon

1968

Pontorson

C'est l'année de construction du barrage de la Caserne, situé à Beauvoir.

Sa construction commence en 1968 et il est inauguré en 1969. Il doit protéger les polders des remontées de la mer, de mettre en valeur de 125 ha dans l'Anse de Moidrey et d'améliorer le drainage des marais situés à l'aval de Pontorson.

Le barrage était équipé de passes munies de portes à flot. Il était responsable de l'accélération de l'envasement de la baie du Mont-Saint-Michel.

Parchemin

5 mai 1968

Pontorson

Jumelage Pontorson - Wassenberg
Dans la Manche, Pontorson va être une des premières communes à montrer l'exemple, après Montebourg en 1960 (avec la ville de Walheim) et Avranches (avec Korbach en 1963).

Tout a commencé, sous l'impulsion d'Yves Rébillon, avec la venue de jeunes footballeurs du club SV Viktoria 09 de Wassenberg en 1965. Et en 1967, 25 jeunes Pontorsonnais sont allés passer leurs vacances là-bas, aux confins de la Belgique et des Pays-Bas...

Puis la Charte entre les deux villes a été signée le 5 mai 1968 entre le Docteur Tizon (Maire) et Günter Muller.

Parchemin

20 août 1968

Pontorson

C'est la date où la commune de Pontorson achète l'Auberge de Jeunesse (appelée à l'époque « École Duguesclin ») à l'association dénommée « Œuvre sociales et d'éducation du canton de Pontorson ». Le Président de cette association était le Marquis Roland de VERDUN (ingénieur agricole), il demeurait alors au Château de la Crenne en la commune d'Aucey-la-Plaine.

Cette propriété est située Rue du Général Patton (anciennement Rue des Chèvres) et l'ancienne voie de chemin de fer qui allait à Moidrey longeait cette parcelle.

L'association avait acheté ce bâtiment le 25 janvier 1966 à Adolphe BRY (industriel à Pontorson). Adolphe BRY avait acquis ce bien au Chanoine Émile Auguste COGNAULT (Curé de Pontorson) le 4 décembre 1932.

En 2021-2022, l'établissement fut rénové par Alexandre GIROUX et Émilie BRETON. Suite à cette cure de jouvence, le bâtiment change de nom pour devenir « L'Étape du Mont ». Il se présente désormais dans la catégorie « Family Hostel » (67 lits sont disponibles à prix réduit, à deux pas du Mont-Saint-Michel).

Parchemin

1969

Pontorson

Les Majorettes de Pontorson :

Peut-être que vous avez connu les Majorettes de Pontorson. Ce groupe a pu se développer et gagner une juste renommée grâce au dévouement de quelques bonnes volontés, entre autres de celle qui fut la première capitaine : Madame Marie-Christine VALOIS. Celle-ci c'est d'ailleurs mariée à Pontorson le 4 septembre 1971, avec tous les meilleurs voeux de bonheur de ses amies Majorettes.

Ce groupe est né, d'après les éléments, en 1969.

Parchemin

1er janvier 1973

Pontorson

Beauvoir fusionne avec Pontorson le 1er janvier 1973 (mise en application de l'arrêté de fusion-association du 19 décembre 1972), en même temps qu'Ardevon, Boucey, Cormeray, Curey, Moidrey et Les Pas.

Parchemin

1er janvier 1973

Pontorson

Macey et Vessey fusionnent le 1er janvier 1973 (arrêté du 29 décembre 1972). Les deux communes reprennent cependant leur indépendance le 1er janvier 1980 (arrêté du 14 décembre 1979).

Parchemin

1975

Pontorson

Le Mont-Saint-Michel et sa baie sont inscrits au patrimoine mondial de l’Humanité.

Parchemin

1977

Pontorson

Le service de maternité de l'hopital-hospice ferme.

Parchemin

1979

Pontorson

Le Mont-Saint-Michel est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Qualifié de « Merveille de l’Occident », il reçoit plus de trois millions de visiteurs par an et représente le deuxième site touristique le plus fréquenté de France.

Donjon

10 septembre 1981

Pontorson

Ouverture de l'école primaire Louis Pergaud (Rue Claud Monet).

Donjon

1982

Pontorson

Ouverture du collège Georges-Brassens.

Parchemin

Entre le 10 et le 22 janvier 1987

Pontorson

Cette puissante vague de froid venue de Finlande affecte la France entre le 10 et le 22 janvier. Des châteaux de neige sont construits devant le Mont Saint-Michel par des enfants.

Le 14 janvier, presque toute la France est couverte de neige et les départements du Sud sont particulièrement touchés. Entre le 15 et le 16 janvier, il continue à neiger sur presque toute la France et la température ne dépasse guère les –10°c dans l’après-midi.

Le froid ne s’estompe que très lentement à partir du 22 janvier, mais il ne disparaît réellement que le 3 février.

Parchemin

15 au 16 octobre 1987

Pontorson

Cette tempête venant des Açores aborde les côtes françaises le 15 octobre vers midi par le Finistère à une vitesse de 110 km/h. Elle progresse, en accélérant, vers le Nord-Ouest de la Bretagne, puis le Cotentin et l'Angleterre qu'elle atteint par le Devon.

Dans la journée du jeudi, il fait très chaud et le ciel est orangé voire rouge dans la Manche. D'abord peu violents, les vents deviennent de plus en plus forts au fur et à mesure du développement de la tempête.

Les éléments se déchaînent à partir de minuit pour balayer tout ou presque sur leur passage entre 1 h et 4 h du matin. Ils atteignent très vite des vitesses exceptionnelles. Le record (non officiel) est atteint à Jobourg avec 242 km/h. Mais d'autres vitesses impressionnent : 220 km/h à Cherbourg, 216 km/h à la pointe du Roc à Granville, 194 km/h à la pointe de Barfleur.

Parchemin

1er janvier 1989

Pontorson

La commune de Beauvoir reprend son autonomie le 1er janvier 1989 (arrêté du 30 décembre 1988).

Parchemin

29 septembre 1990

Pontorson

Jumelage Pontorson - Highworth
Le Jumelage est signé le 29 septembre 1990 côté Français, puis le 13 octobre 1990 côté Anglais par les Maires Claude Ménard (Pontorson) et Charles Adam (Highworth).

Donjon

1995

Pontorson

Premier ministre Edouard BALLADUR a donné son feu vert en 1995 à l’opération de remise en eau de la baie (Projet de Rétablissement du Caractère Maritime du Mont-Saint-Michel (RCM)). La mission confiée à l’ingénieur général des Ponts et Chaussées et chef du projet Mont-Saint-Michel, Jean-Pierre MORELON.

Les travaux seront terminés en 2015.

Parchemin

Janvier 1995

Pontorson

La ville de Pontorson est inondée.

Parchemin

1er mars 1997

Pontorson

Ouverture de la « Station Météo-France de Pontorson », à Les Pas (Le Grand Désert).

Parchemin

24 & 25 décembre 1999

Pontorson

Le nouveau Millénaire pointe le bout de son nez et la ville est inondée... Les 24 et 25 décembre 1999, la tempête Lothar cause de nombreux dégâts en France et dans la Manche.

Les inondations ont perduré de Noël à janvier 2000.

Parchemin

2003/2005

Pontorson

Le Syndicat Mixte de la Basse Vallée du Couesnon coordonne les actions de lutte contre les inondations sur le lit majeur du Couesnon Aval au début des années 2000.

Parchemin

Avril 2005

Pontorson

Sur les traces de l'ancienne forge de la Rue de Tanis :

Il existait à Pontorson, à l'extrémité de la Rue de Tanis, sur la petite place, au croisement avec la Rue Couesnon : une forge.

Nous retrouvons régulièrement cette forge sur d'anciennes cartes postales. Nous avons d'ailleurs très peu d'information à son sujet.

En avril 2005, lors de la rénovation du secteur, nous avons retrouvé les traces de cette forge et de son puits.

Donjon

16 juin 2006

Pontorson

Après dix ans d'études et de travaux préparatoires, le chantier du Projet de Rétablissement du Caractère Maritime du Mont-Saint-Michel (RCM) est enfin lancé.

En présence du Premier Ministre M. de Villepin, accompagné du Ministre des Transports (M. Perben), des Présidents de Régions (M. Le Grand et M. Duron) et enfin du Maire du Mont-Saint-Michel, M. Gaulois.

Parchemin

2012

Pontorson

Le Syndicat Mixte de la Basse Vallée du Couesnon fusionne avec Syndicat Intercommunal du Moyen Couesnon pour former le Syndicat Mixte du Couesnon Aval (qui s'étend du Mont-Saint-Michel à Vieux-Vy-Sur-Couesnon sur 520 km²).

Les nouvelles missions : la gestion et la restauration des cours d'eau, des zones humides et de la prévention des inondations fluviales.

Flamme

28 décembre 2013

Pontorson

Un mouvement de protestation est apparu en Bretagne en octobre 2013 (appelé Mouvement des Bonnets Rouges). C'était en réaction à la taxe poids lourds et aux nombreux plans sociaux de l'agroalimentaire.

Le 28 décembre 2013, ce mouvement de protestation brûle le portique écotaxe de Pontorson (sur la N175).

Plus tard, six Bonnets Rouges seront condamnés à payer 206 700 € à l'État.

Donjon

2014

Pontorson

Les travaux du Pôle culturel sont terminés :

- Médiathèque de 320m² ;
- École des arts (230 m²) ;
- Espaces Jeunes ;
- Relais Parents-Enfants ;
- Une salle d'activités ;
- Une salle atelier ;
- Deux ateliers photo.

Parchemin

31 octobre 2015

Pontorson

Le Président de la République François HOLLANDE a salué la fin de 10 ans de chantier qui ont permis le rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel, il redevenu une île...

C'est la fin de travaux gigantesques qui auront coûté 184 millions d’euros financés par l’État, l’Europe et les collectivités locales.

Parchemin

1er janvier 2016

Pontorson

Pontorson passe sous le statut de Commune Nouvelle après la fusion de Pontorson (commune déléguée) avec ses voisines Macey et Vessey.

La Commune Nouvelle de Pontorson regroupe donc les anciennes communes de Ardevon, Boucey, Cormeray, Curey, Les Pas, Macey, Moidrey et Vessey.

Parchemin

2 juillet 2016

Pontorson

Le départ de la 103e édition du Tour de France a été donné au pied du Mont-Saint-Michel. Les coureurs ont dû parcourir 188 km pour rallier la plage du débarquement d'Utah beach.

Textes

Mars 2017

Pontorson

La ville de Pontorson met en ligne un nouveau site internet (agenda/évènements/animations, vie locale, histoire, tourisme...) - 100% compatible avec les smartphones : « pontorson.fr » et « pontorson.eu ».

Il fut totalement développé et programmé en interne.

Donjon

2017

Pontorson

Les travaux de réaménagement de l'entrée « Est (Route d'Avranches) » de la Ville (nouveau rond-point, aménagements paysagers, réseaux, voiries, trottoirs...) sont terminés.

Donjon

2019

Pontorson

16 logements locatifs sociaux (Résidence les Bordeaux) ont été construits sur le terrain de l’ancien collège et furent livrés début 2019.

Donjon

2019

Pontorson

Livraison du complexe sportif, comprenant :

- 1 terrain de hand-ball ;
- 1 terrain de basket-ball ;
- 1 terrain de volley-ball ;
- 1 terrain de tennis ;
- 7 terrains de badminton ;
- 1 salle multi-activités ;
- 1 Dojo ;
- 1 salle de musculation ;
- 1 salle d'escalade ;
- Gradins de 304 places.

Parchemin

23 mai 2019

Pontorson

Fermeture de la « Station Météo-France » de Pontorson au lieu-dit Les Pas (Le Grand Désert). La nouvelle station est installée en face du Moulin de Moidrey (au niveau du parking).

Donjon

2021

Pontorson

Réfection des équipements dédiés au tennis (ces travaux permettent de mettre en place des tournois) :

- Transformation de 2 courts de tennis extérieurs en gazon synthétique avec pose de grillage ;
- Relampage du court couvert ;
- Réfection du sol à proximité des courts extérieurs (enrobés).

Parchemin

12 avril 2021

Pontorson

Sur le chantier de l’aménagement des Rives du Couesnon, un squelette fut découvert...

Ce squelette a livré quelques uns de ses secrets. Il s'agit d'un homme assez jeune (25-30 ans) qui a été victime d'une mort violente. La trace d'une lame (poignard ou baillonette) a en effet été observée sur ses vertèbres cervicales. En clair, il a été tué d'un coup de lame dans la nuque. La datation au Carbone 14 du squelette n'a pas été aussi précise qu'espérée. La probabilité la plus forte serait la fin du 18e siècle (auquel cas il pourrait être une victime de la Bataille de Pontorson de 1793) mais la fin du 19e siècle ne peut être totalement exclue (auquel cas la guerre de 1870 pourrait être envisagée).

Parchemin

26 avril 2021

Pontorson

Toujours sur le chantier de l’aménagement des Rives du Couesnon, l'ancienne pile du 2ème pont de Pontorson fut découvert... Il fut remplacé par le pont que vous connaissez aujourd'hui.

Donjon

2 septembre 2021

Pontorson

Les élèves de l'école maternelle font leur rentrée scolaire dans la nouvelle école maternelle du Chat Perché (Rue Claude Monet).

- Cour de récréation de 500m² ;
- 4 classes équipées de vidéoprojecteurs interactifs ;
- 2 dortoirs ;
- 1 salle de motricité ;
- 1 bureau/salle de réunion pour les enseignants ;
- 1 salle d'ATSEM ;
- 2 espaces toilettes.

Donjon

4 janvier 2022

Pontorson

Après trois ans de travaux, l'église Notre-Dame de Pontorson, classée monument historique, est refaite à neuf du clos au couvert.

Donjon

Mars 2022

Pontorson

Un nouveau restaurant scolaire est livré à proximité des écoles.

Il se compose d'une partie self pour les élèves de l'élémentaire et d'une salle dédiée pour les élèves de maternelle, servis à table.

Le repas proposés sont fabriqués en liaison chaude par le Centre Hospitalier de l'Estran. Cet équipement accueille également les enfants du Centre de Loisirs.

Donjon

7 mai 2022

Pontorson

Inauguration de la nouvelle aire de détente sur les rives du Couesnon.

Il s'agit d'une nouvelle aire de détente et de loisirs. Un pont passerelle piétonnier (installé le mercredi 31 mars 2021) permet de se rendre sur les deux rives en toute sécurité.

Sur ce site de 15 000 m², nous offrons 150 places de parking, une aire de repas, quatre terrains de pétanque, des jeux pour les enfants…

Donjon

Juin 2022

Pontorson

Les travaux du Club-House et des vestiaires sont terminés.

- 3 vestiaires pour les joueurs et 1 pour l'arbitre ;
- 1 local technique ;
- 1 partie Club-House (une grande salle, un bureau et un espace rangement) ;
- 1 espace extérieur couvert.

Donjon

Juin 2022

Pontorson

La deuxième tranche de 17 logements locatifs sociaux (Résidence les Bordeaux) fut construite. Ces bâtiments répondent aux exigences de diverses réglementations, dont la réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, qui limite les consommations d’énergie.

Donjon

2 juillet 2022

Pontorson

Inauguration de l'Îlot Monet de 10 h à 13 h. Ce quartier de Pontorson situé entre la Rue de Wassenberg et le Chemin de Philipotte s’est transformé ces dernières années : construction de nouveaux équipements (complexe sportif, école maternelle, restaurant scolaire, club-house et vestiaires…) et aménagement urbain.

D’autre projets sont en cours : pôle enfance jeunesse et des lotissements.

Parchemin

18 juillet 2022

Pontorson

Les records de température à l'ombre furent battus ce jour dans le département de la Manche.

En effet, la station Météo-France de Pontorson a relevé 40.3 °C (à l'ombre) : un record absolu.